top of page

Recherche en cours

7411337c08f55c4d10bbb45bb4cf66a1_edited.jpg

Colonialité du pouvoir et psychotraumas

Depuis une vingtaine d’années, plusieurs études épidémiologiques menées en Europe et en Amérique du Nord font état d’une prévalence des cas de schizophrénie « deux à trois fois plus élevés chez les migrants africains et leurs descendants que chez les populations natives » (Tortelli 2018). Des variations ont été observées en fonction de la durée de séjour dans le pays d’accueil, des origines géographiques des migrants, des causes et circonstances des migrations, du rapport colonisé ancien-empire colonial ou encore des différents types de politiques d’intégration (Bardol 2019), mais le constat d’une prévalence est omniprésent. Des psychiatres considèrent notamment que « les données concernant la deuxième génération sont accablantes, car elles ne peuvent être attribuées ni à la migration sélective, ni à la génétique, ni à l'abus de substance psychoactive, ni à la situation parentale » (Tortelli et al. 2009). Ces derniers émettent l’hypothèse selon laquelle le racisme auquel sont confrontés les migrants et leurs descendants pourrait expliquer les résultats de ces études. Ces hypothèses sont confortées par des recherches menées outre-Atlantique qui montrent la manière dont l'expérience du racisme entraîne des modifications épigénétiques.

 

Personnellement, à la lecture des ces études, en me référant à plusieurs travaux sur la construction sociale de la folie, je me suis demandée si la psychiatrie n'avait pas diagnostiquée des cas de schizophrénie là où il y avait un trauma colonial et à fortiori un trauma racial transgénérationnel. Suite à quelques entretiens préalables, j'ai éprouvé le besoin d'élargir la focale à la question du genre.

 

A partir d'une enquête socio-historique fondée sur des archives, des temps d'observation et des entretiens, cette recherche poursuit deux objectifs :

  • étudier les psychotraumas causés par les violences coloniales et sexuelles en prenant en compte leur dimension transgénérationnelle

  • mettre en évidence ce qu'apportent l'approche pluriverselle et les médecines autochtones dans le traitement des psychotraumas

 

 

BARDOL, ‌O. 2019. Discrimination perçue et survenue des symptômes psychotiques dans les groupes ethniques minoritaires une revue systématique de la littérature et méta-analyse. Thèse de doctorat, Médecine humaine et pathologie, Université Grenoble Alpes - UFR Médecine.

TORTELLI & al. 2009. Psychose et migration, une revue de la littérature, Annales Medico-psychologique 167. 459-463. 

TORTELLI A. 2018. Incidence, prévalence et facteurs de risques sociaux de psychose chez la population migrante en France. Thèse de doctorat en neuroscience, sous la direction de Franck Schürhoff , Paris Est.

bottom of page