top of page

Qui suis-je

Je suis docteure en sociologie et psychanalyste. Ma thèse de doctorat soutenue en 2017 à Aix-Marseille Université portait sur la dénonciation et le traitement des crimes racistes commis en France entre les années 70 et 2000. Ce travail m'a amené à étudier 731 cas de crimes racistes et à mettre en évidence la dimension structurelle et systémique du racisme qui participe au maintien de cette violence.

 

Durant cette recherche, la question du trauma était très présente et j'ai eu besoin de m'outiller pour poursuivre mes travaux sur cette dimension sous-jacente. En 2019, alors que je pratiquais le Kundalini yoga depuis quelques années, je me suis formée pour pouvoir enseigner ce yoga avec l'idée que nous ne pouvions pas seulement être un esprit, personnellement il m'était nécessaire de retrouver l'intelligence et le langage du corps. En 2020, je me suis également tournée vers la psychanalyse et parallèlement à ma propre cure, j'ai  suivi un cursus de deux ans en métapsychologie pour acquérir les bases théoriques de cette pratique (IFAPP - Institut de Formation à la Psychanalyse et la Psychothérapie).

Durant cette période où je suis allée m'abreuver à d'autres sources que celles du milieu académique, une source totalement inattendue s'est invitée et a bouleversé tout mes cadres de pensées et d'actions. En 2018, un don de guérisseuse issu de ma lignée maternelle s'est éveillé. Depuis, il ne cesse de m'emmener sur des territoires inconnus, totalement sauvages mais tellement lumineux. Il s'est d'abord manifesté doucement, puis il y a eu un rêve annonciateur et un séjour professionnel au Canada au cours duquel tout s'est accéléré. Je suis devenue mon propre terrain. J'ai passé beaucoup de temps à m'observer et à chercher une carte pour contenir ce changement de paradigme irréversible. J'ai tenu un journal pour consigner mes expériences extra-ordinaires. Fébrile, j'ai sollicité des rendez-vous et des entretiens avec des personnes de différents horizons pour mettre des mots sur mes rêves, mes transes spontanées et les premiers soins que j'ai été poussée à faire. J'ai lu tout ce que je pouvais sur le sujet. Et j'ai fini par accepter l'idée que j'expérimentais, contre toute attente, ce que l'Occident appelle le chamanisme et que je préfère appeler les savoirs ontologiques. J'expérimentais le fait que pendant un temps donné mon corps pouvait se mettre à disposition pour assurer des formes de médiation entre l'environnement humain et plus qu'humain et que pendant ce temps là ma conscience pouvait observer cela avec le plus grand calme, comme s'il s'agissait de la chose la plus naturelle au monde. m

bottom of page